Les Français sont aujourd'hui nombreux à se laisser séduire par le concept de l'investissement locatif. Il s'agit en effet d'un excellent moyen pour agrandir son patrimoine, réduire ses impôts et préparer ses vieux jours. Mais comment financer un tel un projet ?

Investissement locatif : comment choisir son financement ?

Souscrire un crédit immobilier : la meilleure solution pour financer un investissement locatif

Le meilleur moyen de financer un investissement locatif consiste à souscrire un prêt immobilier. Extrêmement pratique, le prêt permet aux investisseurs d'avoir à disposition une somme d'argent conséquente pour un tel projet. En faisant une rapide simulation crédit immobilier, l'investisseur peut d'ores et déjà avoir une petite idée des avantages dont il pourra éventuellement profiter et des contraintes auxquelles il devra se plier. Si dans le cadre d'un investissement locatif, la souscription à un prêt est autant encouragée, c'est parce que ce type de transaction financière est très rentable.

En effet, le taux d'intérêt du prêt est en règle générale, inférieur à la rentabilité brute du placement immobilier. Et lorsque le rendement locatif et le rendement en capital sont additionnés, il est de fait que la rentabilité globale du bien est toujours largement plus importante que le coût de l’emprunt. En terme simple, l’emprunteur est donc bénéficiaire. Par ailleurs, il est bon de noter que les intérêts d’emprunt peuvent aujourd'hui être déduits des loyers. Ce qui a pour avantage d’optimiser la fiscalité de l'investisseur locatif, aussi bien dans le logement locatif vide que dans le meublé.

Faire une simulation de crédit immobilier, oui : mais pour quel type de crédits ?

Pour financer un investissement locatif, les investisseurs ont le choix entre deux types de prêts : le prêt amortissable et le prêt in fine. Réservé aux investisseurs « classiques » — ceux moyennement imposés –, le prêt amortissable permet à ses souscripteurs de rembourser le capital et les intérêts de manière simultanée. La mensualité à rembourser compte donc une part de capital et une part d'intérêts. C'est au début du remboursement que la part d'intérêt est généralement le plus élevée et baisse progressivement ensuite.

Le prêt amortissable est de manière générale, le prêt privilégié par les investisseurs. Qu'il soit à taux fixe ou à taux variable, le remboursement de ce type de prêt s'étale sur 15, 20 ans, et parfois 25. À l'instar du prêt amortissable, le prêt in fine permet aux investisseurs les plus aisés de rembourser les intérêts du prêt contracté de façon mensuelle. Dans le cadre du prêt in fine, les investisseurs peuvent par ailleurs s'acquitter du capital en un seul paiement. Le remboursement est effectué à une date précise, préalablement déterminée lors de l'établissement du contrat de crédit.

Le PEL ou Prêt Épargne Logement et le PLS ou Prêt Locatif Social sont deux autres types de prêts permettant de mettre en place un investissement locatif. Quel que soit le type de prêt choisi, il est recommandé de ne pas sous-estimer l'importance d'une simulation de crédit. Des outils gratuits et sans engagement sont d'ailleurs disponibles en ligne.